Le processus de dorure consiste essentiellement à appliquer une couche d’or sur la surface d’un autre matériau. L’art de la dorure existe depuis l’Antiquité où il était principalement utilisé pour des objets liturgiques et rituels. La dorure était et est toujours utilisée pour donner à un objet un aspect plus sophistiqué et plus luxueux.

Ce métier a toujours été étroitement lié au métier des batteurs d’or. Même s’il pourrait sembler que ces métiers appartiennent au passé, ce n’est pas le cas, bien au contraire. Les deux techniques sont toujours utilisés en particulier par les restaurateurs.

Pendentifs et colliers en or avec diamants en forme de lune et d'étoile - KLENOTA

La dorure à la feuille d’or, qui consiste à appliquer une feuille d’or sur la surface d’un autre matériau, est une technique largement connue, cependant en ce qui concerne la fabrication de bijoux, nous nous concentrons principalement sur d’autres techniques telles quelles la dorure au feu, dorure galvanique, placage d’or ou dépôt physique par phase vapeur (appelé en anglais PVD). D’autres méthodes sont également utilisées pour la dorure sur la céramique, verre et la porcelaine.

Nous fournirons plus d’informations sur ces méthodes individuelles plus tard dans cet article, mais voyons d’abord comment distinguer un bijou en or d’un bijou doré et pourquoi vous devriez éviter les bijoux dorés.

Bagues en or avec boule - KLENOTA

Comment reconnaître un bijou doré

Les bijoux sont généralement dorés pour des raisons purement esthétiques. La plupart du temps, il s’agit de l’argent qui est doré afin de ressembler à l’or. Notre expérience dans ce secteur nous a appris que les bijoux dorés ont en général une couleur jaune distincte, on dirait même kitsch. En plus de cela la couche d’or s’estompe avec le temps et le bijou perde sa beauté initiale.

En République tchèque, on peut déterminer si un bijou est doré grâce à son poinçon qui nous indique quel le matériau a été utilisé pour la fabrication du bijou. Par exemple l’argent plaqué or porte le poinçon 925. Les bijoux en or 14k portent le poinçon 585, ainsi qu’un poinçon national garantissant l’authenticité de l’or.

Poinçons tchèques - KLENOTA

Étant donné que chaque métal conducteur peut être doré, nous vous recommandons d’acheter des bijoux en or uniquement auprès de vendeurs certifiés et, dans le cas des bijoux tchèques, de toujours vérifier si le bijou porte un poinçon national. En République tchèque, tout bijou en or pesant plus de 0,5 g doit porter un poinçon national indiquant sa pureté, qui est différente de celle de son poinçon 585 (dans le cas de l’or 14 carats), qui peut être utilisé par n’importe qui. Pour l’or 14 carats, le poinçon national est une oie dans un hexagone portant le numéro 4. Pour les bijoux en argent, le poinçon national est obligatoire sur les bijoux pesant au moins 3,5 g.

Dans les pays autres que la République tchèque, nous devons faire plus attention, car le contrôle de la vente de métaux précieux pourrait ne pas être aussi strict. Malheureusement, les touristes sont souvent considérés comme une proie facile pour les contrefacteurs et un anneau en or que vous rapportez de vos vacances pourrait se révéler en cuivre doré.

Boucles d'oreilles en or avec des formes de coeur et des triangles - KLENOTA

Pourquoi devriez-vous opter pour l’or

De nos jours, dans notre atelier, nous trouvons le plus souvent des chaînes dorées lorsqu’elles nous sont confiées pour réparation. En général, nous recommandons d’éviter les bijoux dorés. Si vous avez une chaîne dorée et achetez un pendentif en or véritable le pendentif sera toujours d’une couleur plus claire que la chaîne. De plus, les bijoux dorés ne peuvent pas être polis et ils peuvent paraître plus ternes. Et quand il s’agit de réparations, une nouvelle couche d’or doit être appliquée, ce qui bien sûr n’a jamais l’air aussi bon que la première couche.

Les bijoux dorés sont donc plutôt des investissements à court terme. Acheter l’or véritable est toujours un investissements à long terme. Même en cas de dommages irréparables, les bijoux en or peuvent toujours être monétisés à nouveau, car de nombreux magasins de bijoux rachètent de l’or. Les bijoux dorés, en revanche, perdent toujours de la valeur et ne peuvent généralement pas être réparés une fois endommagés.

Colliers en or avec diamant lunette - KLENOTA

Dorure à la feuille d'or

La dorure à la feuille d’or est la méthode la plus simple pour recouvrir la surface d’un objet métallique ou non métallique avec de l’or. C’est une méthode mécanique où la feuille d’or est appliquée à un objet. Cette feuille est préparée par des batteurs d’or qui utilisent des moules, des matériaux d’entrelacement (comme des membranes de parchemin, couches de peau de mouton ou d’intestins de boeuf, qui ont été de nos jours en grande partie remplacées), et des marteaux. La méthode de batteurs d’or n’a guère changé depuis le Moyen Âge.

L’or est préparé en un alliage qui est fondu en un lingot (un produit créé pour un traitement ultérieur), laminé en un ruban d’une épaisseur de 0,02 mm et découpé en quartiers  de 40x40 mm. 380 à 450 de ces quartiers sont placés dans le premier moule. Ensuite, l’or est traité à l’aide d’un marteau électrique (autrefois on utilisait des « marteaux à chasser ») pour obtenir au final des feuilles d’une épaisseur de 0,005 mm et mesurant 130×130 mm. Ces feuilles d’or relativement « épaisses » étaient utilisées au Moyen Âge pour la dorure des autels

Les nouvelles feuilles sont à nouveau coupées en 4 parties égales et 1 500 morceaux sont placées dans un deuxième moule. Ensuite, le marteau électrique est utilisé à nouveau et les feuilles sont amincies jusqu’à une épaisseur de 0,001 mm. Chaque feuille est ensuite divisée en 4 parties et 1 440 pièces sont placées dans le dernier moule. Cette étape est la plus difficile, car le batteur d’or utilise un marteau de 7 kg pour battre les feuilles jusqu’à ce qu’elles n’aient plus que 0,0001 mm d’épaisseur. Cela nécessite 2,5 heures de travail intense et précis avec le marteau afin que l’or soit battu uniformément et ne soit pas déchiré. Un m2 aussi fin pèse 2,45 g. Après cette étape, le travail du batteur d’or est terminé et les doreurs prennent le relais.

Ce processus est également resté en grande partie inchangé depuis des siècles. Dans les temps anciens, il suffisait de polir la feuille d’or sur une surface rugueuse et la dorure était faite. Pour les livres, la feuille d’or était collée avec du blanc d’oeuf et pour le bois (sur les cadres par exemple) des colles à base d’animaux ont été utilisées. Cependant, les surfaces en bois devaient être soigneusement préparées pour être parfaitement lisses. Cependant, les surfaces en bois devaient être soigneusement préparées et parfaitement lisses pour que le doreur puisse commencer à travailler. Il découpa les pièces nécessaires sur un morceau de cuir et utilisa un point de dorure pour appliquer la fine feuille d’or. Une fois l’or appliqué, le doreur doit polir parfaitement l’objet. La surface dorée peut être encore ornée par extrusion. Enfin, l’objet entier est recouvert de gomme laque pour la protection.

Alliances en or avec diamants - KLENOTA

Différentes méthodes de dorure

D’autres méthodes de dorure comprennent l’application d’or sur l’objet en utilisant une réaction chimique ou une application par d’autres moyens physiques. Ces méthodes sont utilisées pour la dorure des bijoux.

Dorure au feu

La technique de dorure la plus ancienne est certainement la dorure au feu. Cette technique utilise l’amalgame d’or (une solution d’or dans le mercure) qui est appliquée à l’objet entier. Ensuite, l’objet est chauffé au feu et la couche d’or produite est polie. En fonction de divers additifs, différentes couleurs d’or peuvent être obtenues. Cette dorure est permanente et durable. Elle était utilisée surtout pour dorer des objets sacrés, des gobelets, des vases sacrés et autres objets similaires. Comme cette méthode nécessite l’utilisation du mercure, qui est très toxique, elle n’est plus appliquée de nos jours.

Le Gold-Filled

Une autre très ancienne méthode de dorure consiste à utiliser le gold-filled (en français « or rempli  »). Il s’agit d’un alliage de laiton et d’or 14k qui sont « pressés » ensemble mécaniquement. Cette combinaison est ensuite roulée jusqu’à atteindre l’épaisseur souhaitée. Les feuilles de métal créées de cette manière étaient courantes dans la production de bijoux. De nos jours, il est principalement utilisé pour les boîtiers de montres.

Dorure galvanique

De nos jours, la technique la plus courante est la dorure galvanique. L’objet à plaquer en or est immergé sous forme de cathode dans un bain contenant une solution de cyanure d’or. En introduisant un courant électrique, une fine couche d’or pur adhère à l’objet. Ce procédé de dorure peut créer une couche de n’importe quelle épaisseur souhaitée, généralement de plusieurs dizaines de microns. Cependant, cette méthode n’est pas aussi durable que celle des objets « gold-filled ». Les bijoutiers expérimentés peuvent généralement reconnaître les bijoux plaqués or à première vue.

Boucles d'oreilles en or et pendentif lune - KLENOTA

Dorure PVD

La technique de dorure la plus moderne s’appelle le dépôt physique en phase vapeur, ou PVD pour l’anglais physical vapor deposition. Le processus se déroule dans le vide - l’or est vaporisé dans un réservoir sans air utilisant de l’électricité. Ensuite l’or adhère à toutes les surfaces plus froides. De cette manière, une très fine couche d’or est obtenue, qui se fixe dans les moindres détails. Cette méthode est utilisée pour la préparation d’échantillons pour la microscopie électronique.

Dorure sur verre, céramique et porcelaine

Le verre, la céramique et la porcelaine sont dorés par fusion. La décoration souhaitée est appliquée sur le produit avec de la pâte d’or, puis cuite. Cette méthode est permanente, mais aussi très coûteuse. Pour cette raison, d’autres matériaux sont habituellement utilisés de nos jours.

Bracelets en or avec diamants - KLENOTA